Comment travailler en freelance en France ?

Depuis plusieurs années, le monde du travail a évolué. Que ce soit par la manière dont fonctionne une entreprise ou la manière de la diriger, tout change. Certaines personnes optent pour la voix du « solitaire » et en viennent à créer leur entreprise. La méthode freelance consiste à être indépendant dans son travail, ne pas avoir de patron, ni d’employés, mais seulement des clients.

Les prérequis pour travailler en freelance

Le travail en freelance nécessite des qualités particulières pour réussir. Il faut tout d’abord avoir une autonomie de travail importante, et être particulièrement assidu. Savoir démarcher les clients est essentiel, car à la différence d’une entreprise basique, vous devez vous constituer un réseau autour de vous. Le mode de travail freelance induit souvent le fait de travailler depuis chez soi, il faut donc afin de rester professionnel, se constituer un espace de travail personnel. Savoir rester flexible est également primordial car les journées d’un freelance peuvent être assez variées, notamment en termes d’horaires.

Statut juridique du freelance en France

Le statut officiel de freelance n’existe pas encore d’un point de vue juridique. Pour cela, la plupart des freelances utilisent le statut de micro-entrepreneur (anciennement auto-entrepreneur), ou bien créent tout simplement leur propre société. Légalement, le travailleur freelance doit être considéré comme un travailleur indépendant qui loue ses services à un client. Il existe cependant des contrats adaptés, se nommant « contrats de freelances ». Ces contrats sont bien différents du simple contrat de travail que l’on peut retrouver dans la plupart des entreprises.

Quelles sont les aides disponibles pour les travailleurs freelances ?

En France, on peut retrouver plusieurs aides pour aider les particuliers dans la création d’entreprise. Lorsque l’on souhaite travailler en freelance, il est indispensable de les connaître.

  •  La première aide est automatique, et il s’agit de l’ACRE (Aide à la création ou reprise d’une entreprise). Cela permet pour le travailleur freelance d’être exonéré de toutes charges sociales durant la première année d’activité.  
  • Il existe également l’ASS (allocation de solidarité spécifique), qui aide les entrepreneurs en difficulté après avoir bénéficié du chômage. Cette aide est estimée à 500 euros par mois.

Ce sont les principales aides disponibles pour les freelances, même si d’autres aides communes peuvent être utilisées, comme la prime d’activité par exemple. Il existe aussi des aides relatives aux emprunts bancaires pour les nouveaux entrepreneurs.

Quels sont les avantages et les inconvénients de travailler en freelance ?

Tout d’abord, le statut de freelance permet, comme son nom l’indique, une réelle indépendance. Que ce soit au niveau de la gestion de sa quantité de travail, ou bien de l’aménagement de ses journées. Il y a aussi le côté « libre » que procure ce statut, car vous êtes maître de votre destin et menez votre société comme bon vous semble. Le freelance permet également de développer un large panel de projets divers et variés.

L’insécurité, notamment financière, est le principal inconvénient de ce mode de travail. Du moins, les premières années, les débuts sont parfois compliqués car il est rare de trouver beaucoup de clients. Le fait de travailler seul peut parfois porter préjudice également, et cela implique de grandes responsabilités chez le freelance, qui doit être en mesure de gérer ses réussites mais également ses échecs tout seul.