Quel statut choisir pour se mettre à son compte ?

Dans le milieu de l’entrepreneuriat, vouloir se mettre à son compte est habituel. Pourtant, de nombreux nouveaux micro-entrepreneurs ne savent pas comment faire. En réalité, le processus est plus simple qu’il n’y paraît, même si cela demande certaines responsabilités. Afin de bien déterminer quel statut adopter, il est nécessaire d’évaluer ses besoins, et surtout le type de statut recherché. Il faut également, que vous soyez seul ou avec des associés, bien comprendre qu’il y a une grande différence entre entreprise et société.

Pourquoi se mettre à son compte ?

Vouloir se mettre à son compte, c’est tout simplement avoir la volonté d’être indépendant. Ne plus avoir de patron, développer ses propres idées, ses propres projets. Cela nécessite quelques manipulations. Il y a deux types principaux de statuts afin de devenir indépendant :

  • Les entreprises individuelles. Il est question ici de vouloir créer son entreprise en étant absolument seul. Pour cette option-là, la création d’une micro-entreprise est le statut adéquat à adopter.
  • Les sociétés individuelles. Même chose, sauf que l’on parle ici d’une société et non d’une entreprise. Le statut adéquat à adopter serait EURL ou SASU.

Il est également possible que vous souhaitiez vous mettre à votre compte à plusieurs, ou avec des associés. Dans ce cas-là, deux possibilités : la SARL ou la SAS.

L’entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée

L’EURL est le statut le plus répandu pour créer une société lorsque l’on est seul. Se mettre à son compte par le biais de l’EURL nécessite absolument le fait d’être seul dirigeant de la société en question. Cette méthode permet à la société d’être imposable sur le revenu, mais elle peut également être soumise à l’impôt sur les sociétés. Ce dernier permet de déduire les impôts en fonction de la rémunération du dirigeant. La SARL (société à responsabilité limitée) est très similaire à l’EURL, mais nécessite le fait d’avoir plusieurs dirigeants à la tête de la société.

La Société par Action simplifiée Unipersonnelle

La SASU est une alternative à l’EURL, qui est quelque peu similaire. Les seuls changements importants entre les deux statuts se situent au niveau des impôts. En effet, la SASU est automatiquement taxable sur l’impôt sur les sociétés et non sur le revenu.

Une solution hybride : Le portage salarial

Un statut assez particulier est celui du portage salarial. Celui-ci consiste, lorsque l’on possède sa société, à continuer de bénéficier d’avantages de salariés comme la retraite et les couvertures sociales. En revanche, la société doit réguler tout son côté administratif et comptable.

Vers une création de l’entreprise plus juste ?

L’entrepreneuriat semble être de plus en plus accessible. Chaque auto-entrepreneur trouvera chaussure à son pied avec les différents statuts possibles. Certains statuts ont cependant disparu récemment, afin de faciliter un accès encore plus direct vers la voie de l’auto-entreprenariat. Parmi eux, L’EIRL, très répandu, qui nécessitait cependant une demande d’affectation avant de pouvoir y accéder. Sa suppression implique le fait qu’il n’y ait plus qu’un seul statut disponible pour une entreprise individuelle : le statut d’entrepreneur individuel. Ce statut unique installe une forme d’égalité dans le monde du développement d’entreprise.